Monday, December 12, 2011

Le cas d’une moissonneuse-batteuse adaptée et accessible localement

La récolte et le battage du paddy constituent de sérieuses contraintes pour les riziculteurs. Les grandes moissonneuses-batteuses sont inadaptées aux petites exploitations des paysans. Par conséquent, le paddy peut rester au champ pendant des semaines avant d’être récolté ou battu, pendant ce temps sa qualité se détériore du fait de l’exposition aux aléas climatiques.

Ainsi, de nombreux producteurs ont recours aux longues opérations de récoltes et de battages manuels, qui affectent la qualité du paddy. La récolte tardive du paddy dans les exploitations empiète sur la seconde campagne, empêchant l’option d’une seconde culture rentable.

AfricaRice est en train d’introduire et d’adapter une mini moissonneuse-batteuse accessible dans la vallée du fleuve Sénégal pour permettre la récolte et le battage à temps opportun. Cela inciterait les producteurs à vendre rapidement leur paddy et à se focaliser sur la production d’une seconde culture (le riz ou une culture maraîchère telle que la tomate, la pomme de terre ou les haricots verts).

La récolte rapide du paddy dans les champs permettra aux paysans non seulement de se focaliser sur la production agricole (c.-à-d. culture), mais aussi d’ouvrir la voie à une commercialisation à grande échelle de grandes quantités de riz. La fragmentation de la commercialisation du paddy découlant du fait que les producteurs assurent seuls la transformation et la vente de leur excédent de paddy – constitue une contrainte majeure qui dissuade l’investissement du secteur privé dans la chaîne de valeur du riz local.

No comments:

Post a Comment