Monday, October 31, 2011

Africa Food and Nutrition Security Day


AfricaRice was specially invited by the AUC to the 2011 commemoration of the Africa Food and Nutrition Security Day (AFNSD) on 31 October, where the Director General affirmed the Center’s full commitment to the goals of AFNSD in line with the MoU recently signed with AUC. The 2011 AFNSD was organized by the AUC and the New Partnership for Africa’s Development (NEPAD) and co-hosted by the Government of the Federal Democratic Republic of Ethiopia.

AFNSD, which was endorsed by the African Heads of State and Governments during the 15th AU Summit, serves as a rallying point for intensifying commitments at all levels to address the challenges of food and nutrition insecurity, and malnutrition on the continent.



The event was inaugurated by Dr Jean Ping, AUC Chairman. In addition to AUC and NEPAD members, representatives from the Agriculture Ministry of Ethiopia, the Government of Malawi, the European Union, UN agencies, AfricaRice and NGOs attended.

The program included an exhibition of publications, posters and multi-media products. A display by AfricaRice showcased a wide range of rice-based food products.

Thursday, October 13, 2011

Capacity building

Building the capacity of organizations and individuals so that they can carry out their work effectively and efficiently is an integral part of the majority of AfricaRice projects. For many years, the agricultural sector has been under-resourced in sub-Saharan Africa to the point that many national agricultural research systems (NARS) were aging and shrinking, because of the lack of qualified young scientists moving into position as the ‘old guard’ moved on.

To help address the shrinking human-resource base of the NARS, AfricaRice has a long history of collaboration with universities both within and outside its mandate region.

Since the temporary relocation of the Center’s headquarters to Cotonou, Benin, the policy program has developed strong informal linkages with the Faculty of Agronomic Sciences of the University of Abomey-Calavi, also based in Cotonou. Prof. Gauthier Biaou explains that students who want to study rice within the faculty are linked with either AfricaRice or the Institut national de recherches agricoles du Bénin (INRAB). Students involved in this linkage are pursuing either a bachelor’s degree or a postgraduate Diplôme d’études approfondé (DEA, equivalent to a master’s).

For AfricaRice, Aliou Diagne determines the thesis program and is also involved in developing the research protocol with Biaou and the student. Diagne and a lecturer from the faculty supervise the thesis work. “We start between one and three new thesis programs each year with AfricaRice”, Biaou says. Many students gaining their DEA then have the opportunity to take up a six-month placement at AfricaRice for ongoing training, prior to moving on to a PhD program. “Many of our students choose to pursue their PhDs in the USA”, says Biaou.

AfricaRice has similar links with the University of Ibadan, Nigeria, the University of Gaston Berger, Saint-Louis, Senegal, and the University of Lomé, Togo.

AfricaRice model for capacity-building

AfricaRice’s philosophy for capacity-building is intimately linked to its approach to research and development within the region, which is that AfricaRice will empower its NARS (and other) partners to carry out much of the research and all of the development work. Consequently, the model for capacity-building is a combination of the following:

■ AfricaRice does not implement — that is the NARS’ role

■ AfricaRice provides backstopping and training

■ The Center runs an annual training workshop for one to two weeks on policy analysis and impact assessment

■ AfricaRice develops software tools to automate the processing and analysis of survey data collected by the NARS

■ The Center’s Visiting Scientist scheme involves NARS scientists being invited to AfricaRice, which provides tools and training for their work; the scientists analyze their own data and write their own country reports (the time spent at AfricaRice is typically six weeks), while AfricaRice focuses on cross-country comparative analyses and synthesis reports

■ AfricaRice facilitates linkages between universities and NARS to give students ‘real world’ research experience.

Renforcement des capacités

Renforcer les capacités des organisations et des individus afin qu’ils mènent leurs travaux de façon efficace et efficiente fait partie intégrale de la majorité des projets d’AfricaRice. Pendant plusieurs années, le secteur agricole a été sous-financé en Afrique subsaharienne si bien que plusieurs Systèmes nationaux de recherche agricoles (SNRA) ont vieilli et vu leurs effectifs décliner, du fait du manque de jeunes chercheurs qualifiés qui devraient remplacer « la vieille garde » lors de son départ.

En vue d’aborder la question de la diminution des ressources humaines dans les SNRA, AfricaRice possède une longue tradition de collaboration avec les universités à la fois au sein et hors de son mandat géographique. Depuis la délocalisation temporaire du siège du Centre à Cotonou, Bénin, le programme de politique a développé des liens forts informels avec la faculté des sciences agronomiques de l’université d’Abomey-Calavi également située à Cotonou. Prof. Gauthier Biaou explique que les étudiants qui souhaitent travailler sur le riz au sein de la faculté sont soit mis en contact avec AfricaRice, soit avec l’Institut national de recherches agricoles du Bénin (INRAB).

Les étudiants impliqués dans cette collaboration poursuivent une formation en licence ou des études de troisième cycle comme le Diplôme d’études approfondies (DEA). À AfricaRice, Aliou Diagne définit le programme de thèse et est aussi impliqué dans le développement du protocole de recherche avec Biaou et l’étudiant. Diagne ainsi qu’un professeur de la faculté supervisent les travaux de thèse. « Nous avons au début de chaque année entre un et trois programmes de thèse avec AfricaRice », a ajouté Biaou. De nombreux étudiants leur DEA obtenu, ont l’opportunité d’effectuer un stage de six mois à AfricaRice en vue d’être formés avant d’entreprendre des études doctorales. « Un certain nombre de nos étudiants choisissent de poursuivre leurs études aux États-Unis » affirme Biaou.

AfricaRice entretient des relations similaires avec l’Université d’Ibadan, Nigeria, l’Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal, et l’Université de Lomé, Togo.

Le modèle de renforcement des capacités d’AfricaRice

La philosophie d’AfricaRice relative au renforcement des capacités est étroitement liée à son approche de recherche et développement dans la région, il s’agit de renforcer les SNRA (et autres partenaires) afin qu’ils puissent mener une grande partie des travaux de recherche et de développement. Par conséquent, le modèle de renforcement des capacités est une combinaison des éléments suivants :


■ AfricaRice ne met pas en oeuvre directement dans les pays – c’est le rôle des SNRA

■ AfricaRice fournit un support technique de même que la formation

■ Le Centre organise tous les ans un atelier de formation d’une ou deux semaines sur l’analyse des politiques et l’évaluation d’impact

■ AfricaRice met au point des outils logiciels en vue d’automatiser le traitement et l’analyse de données collectées par les SNRA

■ Le programme de chercheur-visiteur du Centre implique les chercheurs des SNRA, il a pour objectif de les former et de les outiller pour leurs travaux ; les chercheurs analysent leurs propres données et élaborent eux-mêmes les rapports de leurs pays (ils restent généralement six semaines à AfricaRice), alors qu’AfricaRice se focalise sur les analyses comparées entre pays et les rapports de synthèse

■ AfricaRice facilite les liens entre les universités et les SNRA en vue d’offrir aux étudiants une « expérience réelle » dans le monde de la recherche.

Thursday, October 6, 2011

Rice experts in Africa adopt a new way of doing business for greater impact

As part of a global program on rice science that has laid out concrete and quantifiable key impacts to benefit the poor, the hungry, and the environment in the next 25 years, rice experts in Africa have adopted a more interdisciplinary and product-oriented approach in order to deliver greater development impacts.

The innovative program known as the Global Rice Science Partnership (GRiSP) aims to mobilize the very best of the world’s rice science and involve the widest range of stakeholders possible in the technology generation and dissemination process to address, among others, Africa’s major rice development challenges.

“We acknowledge the urgency to conduct research activities differently – to do more and to do better, given the increasing poverty throughout the world,” stated AfricaRice Director General Dr. Papa Abdoulaye Seck. “GRiSP proposes a new global approach to research and we are part of this program.”

Laying emphasis on the need for pooling intelligence to better exploit the comparative advantages of all the partners to address more efficiently the constraints to rice production, Dr. Seck spelt out 10 conditions that are essential for GRiSP to become a successful program and ensure a high degree of satisfaction among rice farmers and consumers throughout the world.

The conditions include the need to respect the diversity of partnerships, regional differences and institutional identities in the GRiSP, while rejecting “hegemonic thinking.” “It is only the synthesis of these differences that will make us move forward,” Dr. Seck said at the recent GRiSP-Africa Science Forum held at AfricaRice in Cotonou, Benin.

The conditions also specify the need for equitable resource allocation based on the real requirements of the various regions; the urgency to strengthen the capacity of African stakeholders; the significant role of the national partners within the GRiSP; the importance of continuous dialog with policy-makers; and the need to avoid bureaucracy as well as excessive evaluation where scientists spend more time writing reports than doing research.

The GRiSP-Africa Science Forum, which was attended by over 100 international and national rice experts, including representatives of all the key partners, reviewed the progress made by GRiSP in Africa in 2011. The results focused on the development of new research products – ranging from gene discovery to small combine harvesters and policy briefs for decision-makers – grouped under six GRiSP themes.

“We saw some exciting progress in marker-assisted selection (MAS) work on resistance to rice diseases and pests and salinity. This work is very valuable in the context of the changing climate in the continent,” said AfricaRice Deputy Director General & Director of Research for Development Dr. Marco Wopereis.

“This research activity involves many experts, not only from AfricaRice and its national and regional partners, but also from the International Rice Research Institute (IRRI), the French Research Institute for Development (IRD), the Japan International Research Center for Agricultural Sciences (JIRCAS) and other advanced research institutes. It is therefore an excellent example of how GRiSP works as it helps leverage global expertise to solve Africa’s rice problems.”

Dr. Marco Wopereis also highlighted the major shift in focus from supply-driven research where the emphasis is mainly on increasing rice production to more demand- or market-driven research, where the attention is given to the entire rice value chain.

Launched in November 2010, GRiSP is the first CGIAR Research Program (CRP) to be approved. It operates under the overall leadership of IRRI, which also oversees the activities in Asia; AfricaRice is leading the work in Africa, and the International Center for Tropical Agriculture (CIAT) in the Latin America & Caribbean region.

The French Agricultural Research Centre for International Development (CIRAD), IRD and JIRCAS are playing a strategic role in GRiSP, with hundreds of other partners worldwide representing governments, the private sector, farmers’ organizations and civil society.

Dr. Achim Dobermann, IRRI Deputy Director General for Research & GRiSP Program Director, who took an active part in the GRiSP-Africa Science Forum, expressed his satisfaction with the progress made by the Africa-based team in 2011, particularly with regard to the new way of doing research.

“We live in a globalized world and we can move much faster if we can learn from each other and incorporate that knowledge into our own thinking. And this learning goes in all directions – from Asia to Africa, from Africa to Asia, from Africa to Latin America and so on,” Dr. Dobermann explained.

In his capacity as the outgoing Chair of the AfricaRice National Experts Committee, Dr. Babou Jobe, Director General of the National Agriculture Research Institute, The Gambia, confirmed “100 percent support” to GRiSP, particularly its major thrust on strengthening national capacity. He was pleased to learn that one third of the Global Rice Science Scholarships had gone to African students in 2011.


Related links


Documents :


GRiSP: Ten Essential Conditions for Success by Dr. Papa Abdoulaye Seck, Director General, AfricaRice


Dix conditions essentielles pour la réussite du GRiSP Dr. Papa Abdoulaye Seck, Directeur général, AfricaRice



Photos :


Scenes from the GRiSP-Africa Science Forum


Videos :


GRiSP Program Director Dr Achim Dobermann (IRRI Deputy Director General for Research) sharing his observations about the 2011 GRiSP-Africa Science Forum with participants.


Dr Marco Wopereis, Deputy Director General and Director of Research for Development, AfricaRice, summarizing the 2-day sessions of 2011 GRiSP-Africa Science Forum


AfricaRice Director General Dr Papa Abdoulaye Seck speaking at the inaugural session of 2011 GRiSP-Africa Science Forum, held at AfricaRice, Cotonou, Benin, 13-14 September 2011.


Les experts riz d’Afrique adoptent une nouvelle façon de faire les choses en vue d’un impact plus grand

Dans le cadre d’un programme mondial sur la science rizicole qui s’est fixé pour objectif d’avoir d’importants impacts concrets et quantifiables susceptibles de profiter aux pauvres, aux affamés et à l’environnement au cours des 25 prochaines années, les chercheurs riz d’Afrique ont adopté des approches de recherche interdisciplinaire finalisée en vue d’un impact plus grand.

Le programme innovateur connu sous le nom de Partenariat mondial de la science rizicole (GRiSP) vise à mobiliser la meilleure science rizicole dans le monde et à impliquer la plus vaste gamme possible d’acteurs dans le processus de génération et de diffusion des innovations technologiques pour faire face, entre autres, aux principaux défis du développement rizicole en Afrique.

« Nous reconnaissons l’urgence de faire de la recherche autrement, de faire plus et de faire mieux, compte tenu de l’aggravation de la pauvreté à travers le monde », a déclaré le Directeur général d’AfricaRice, Dr. Papa Abdoulaye Seck. « Le GRiSP impose un nouveau décor au niveau mondial et nous sommes partie prenante de ce dispositif. »

Soulignant la nécessité de mutualisation des intelligences pour mieux exploiter les avantages comparatifs de tous les partenaires en vue de faire face plus efficacement aux contraintes de la production rizicole, Dr. Seck a expliqué clairement 10 conditions essentielles qui doivent être réunies pour que le GRiSP puisse connaître un succès retentissant au grand bonheur des riziculteurs et des consommateurs du monde entier.

Ces conditions incluent la nécessité de respecter la diversité des partenariats, les différences régionales et les identités institutionnelles au sein du GRiSP, tout en excluant « toute pensée hégémonique ». « C’est seulement la synthèse de ces différences qui nous permettra d’aller de l’avant, » a déclaré Dr. Seck au récent Forum scientifique GRiSP-Afrique tenu à AfricaRice à Cotonou, Bénin.

Les conditions spécifient aussi la nécessité de la répartition équitable des ressources en fonction des besoins réels des différentes régions, l’urgence de renforcer la capacité des acteurs africains, le rôle important des partenaires nationaux dans le GRiSP ; l’importance du dialogue continu avec les décideurs politiques ; et la nécessité d’éviter aussi bien la bureaucratie que les surévaluations « où les chercheurs passent beaucoup plus de temps à préparer leurs dossiers d’évaluation qu’à faire de la recherche ».

Le forum scientifique GRiSP-Afrique, auquel ont pris part plus de 100 experts riz internationaux et nationaux, y compris des représentants de tous les partenaires clés, a examiné le progrès que le GRiSP a fait en Afrique en 2011. Les résultats ont porté sur le développement de nouveaux produits de recherche – qui vont de la découverte du gène aux petites moissonneuses combinées et aux brèves politiques pour les décideurs politiques – groupés sous six thèmes du GRiSP.

« Nous avons vu un progrès remarquable dans le travail de sélection assistée par marqueurs (SAM) sur la résistance aux maladies et aux ravageurs du riz et à la salinité. Ce travail est très utile dans le contexte du changement climatique sur le continent, » a déclaré Dr. Marco Wopereis, Directeur général adjoint et Directeur de la recherche pour le développement à AfricaRice.

« Cette activité de recherche implique beaucoup d’experts, non seulement d’AfricaRice et de ses partenaires nationaux et régionaux, mais aussi de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), de l’Institut français de recherche pour le développement (IRD), du Centre japonais de recherche international pour les sciences agricoles (JIRCAS) et d’autres instituts de recherche avancée. C’est donc un excellent exemple de la façon dont le GRiSP fonctionne puisqu’il aide à orienter l’expertise mondiale pour résoudre les problèmes de la riziculture en Afrique. »

Dr Marco Wopereis a aussi mis en exergue le changement majeur de l’objectif en passant de la recherche axée sur l’approvisionnement où l’accent est mis principalement sur l’augmentation de la production rizicole à la recherche axée plus sur la demande ou le marché, où on accorde l’attention à l’ensemble de la chaîne de valeur.

Lancé en novembre 2010, le GRiSP est le premier programme de recherche (CRP) du GCRAI à être approuvé. Il fonctionne sous le leadership global de l’IRRI, qui supervise aussi les activités en Asie ; AfricaRice dirige le travail en Afrique, et le Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) en Amérique latine et dans la région des Caraïbes.

Le Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), l’IRD et JIRCAS jouent un rôle stratégique dans le GRiSP, avec des centaines d’autres partenaires à travers le monde représentant les gouvernements, le secteur privé, les organisations paysannes et la société civile.

Dr. Achim Dobermann, Directeur général adjoint chargé de la recherche à l’IRRI et Directeur du Programme du GRiSP, qui a joué un rôle actif dans le Forum scientifique GRiSP-Afrique, a exprimé sa satisfaction par rapport au progrès fait en 2011 par l’équipe basée en Afrique, notamment la nouvelle façon de faire la recherche.

« Nous vivons dans un monde globalisé et nous pouvons aller plus vite si nous pouvons apprendre les uns des autres et incorporer cette connaissance dans notre pensée. Et cet apprentissage va dans toutes les directions – de l’Asie à l’Afrique, de l’Afrique à l’Asie, de l’Afrique à l’Amérique latine et ainsi de suite, » a expliqué Dr. Dobermann.

En sa capacité de président sortant du Comité des experts nationaux d’AfricaRice, Dr. Babou Jobe, Directeur général de l’Institut national de recherche agricole de la Gambie, a confirmé le « soutien à 100 pour cent » au GRiSP, notamment son objectif central sur le renforcement des capacités nationales. Il était heureux d’apprendre qu’un tiers des bourses du Partenariat mondial de la science rizicole était alloué à des étudiants africains en 2011.



Liens utiles



Documents :



GRiSP: Ten Essential Conditions for Success by Dr. Papa Abdoulaye Seck, Director General, AfricaRice



Dix conditions essentielles pour la réussite du GRiSP Dr. Papa Abdoulaye Seck, Directeur général, AfricaRice



Photos :



Scenes from the GRiSP-Africa Science Forum



Vidéos :



GRiSP Program Director Dr Achim Dobermann (IRRI Deputy Director General for Research) sharing his observations about the 2011 GRiSP-Africa Science Forum with participants.



Dr Marco Wopereis, Deputy Director General and Director of Research for Development, AfricaRice, summarizing the 2-day sessions of 2011 GRiSP-Africa Science Forum



AfricaRice Director General Dr Papa Abdoulaye Seck speaking at the inaugural session of 2011 GRiSP-Africa Science Forum, held at AfricaRice, Cotonou, Benin, 13-14 September 2011.