Monday, October 21, 2013

Des journalistes camerounais outillés sur la science rizicole



Yaoundé, Cameroun, le 21 octobreYaoundé, la capitale du Cameroun, accueille du 21 au 24 octobre 2013, le 3ème Congrès du riz en Afrique. En prélude à l’ouverture de cette rencontre, le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) et l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD) ont organisé, le samedi dernier,  à l’hôtel Hilton, un atelier de formation sur la science rizicole pour le développement à l’intention des journalistes camerounais.

A l’ouverture de l’atelier,  le Président du Forum des Journalistes et Communicateurs scientifiques d’Afrique de l’Ouest (WAFSJC), Christophe Assogba, a remercié AfricaRice et l’IRAD pour avoir initié une telle formation qui est une occasion pour les participants de toucher du doigt la pratique du journalisme scientifique.

Le Directeur Général par intérim d’AfricaRice, Adama Traoré, qui a ouvert les travaux a, quant à lui,  déclaré que la formation vise à renforcer les capacités des journalistes dans le traitement de l’information rizicole au service du développement.  « Votre mission sera de mettre en exergue les enjeux de développement que sont les problèmes environnementaux  et de sécurité alimentaire », a indiqué Traoré.

Il a ajouté que  formation est une opportunité offerte aux journalistes non seulement pour se spécialiser dans le traitement de l’information sur la science agricole et la technologie mais aussi  pour contribuer aux questions de développement.

Quatre journalistes scientifiques chevronnés de SciDev.Net et  d’autres médias internationaux appuyés par des chercheurs d’AfricaRice et de l’IRAD ont animé cette formation. Ils ont passé en revue les éléments de base d’un reportage scientifique, les techniques pour trouver des histoires de science et pour utiliser les résultats des recherches pour écrire de meilleures histoires.

Ils ont aussi abordé avec les participants les outils pour bien couvrir des conférences scientifiques comme celle d’AfricaRice et surtout comment écrire sur la science rizicole. Des articles sur une conférence de presse animée par Marie-Noëlle Ndjiondjop et Sali Ndindeng Atanga, chercheurs à AfricaRice produits et corrigés sur place ont accompagnés les échanges thématiques riches.

Bien avant ces échanges, le Directeur général adjoint d’AfricaRice Marco Wopereis a présenté les recherches menées et en cours sur le riz en Afrique et les efforts qui se font pour intensifier la production locale de riz et réduire d’au moins de moitié les importations de riz (environ 12 millions de tonnes actuellement) en Afrique d’ici 2020.

Le Congrès du riz en Afrique qui s’ouvre ce jour, servira à faire le point des avancées de la science et de la technologie rizicole visant à améliorer les pratiques de production, de transformation et de marketing tout au long de la chaîne de valeur du riz en Afrique.

Il sera aussi un cadre d’échange et de discussion  « des innovations institutionnelles, politiques et des investissements clé requis pour accroître significativement la production, la transformation et la commercialisation du riz en Afrique subsaharienne, et partant développer des chaînes de valeur rizicole compétitives et équitables, réduire les importations et renforcer le commerce régional ». 


Christophe D. Assogba, depuis Yaoundé

No comments:

Post a Comment