Tuesday, October 22, 2013

La radio pour améliorer l'adoption des technologies agricoles et la productivité des paysans

Yaoundé, Cameroun, le 22 octobre 2013 – Au Bénin, des chercheurs mesurent l'effet de la radio rurale sur l'adoption des technologies rizicoles par les paysans et l'amélioration de la productivité. 

Les résultats partiels de leur étude ont été présentés au cours d'un panel de discussion sur les systèmes d'innovation et outils TIC pour le développement de la chaîne de valeur du riz, à l'occasion du 3ème Congrès du riz en Afrique qui se tient (21-24 octobre 2013), à Yaoundé, au Cameroun.

Le manque d'accès aux informations sur les technologies agricoles réduit la capacité de nombreux petits exploitants agricoles africains d'utilisation de ces outils pour accroître leurs rendements et leurs revenus.

Tebila Nakelse, assistant de recherche à AfricaRice au Bénin explique que l'objectif de l''étude est d'évaluer l'influence de la radio sur l'adoption des technologies agricoles e la productivité des exploitants agricoles.

L'étude pilote qui a eu lieu entre  2009 et 2010, concerne 650 ménages agricoles du  Burkina Faso.  Les résultats montrent que l'écoute de la radio améliore significativement l'adoption (environ 20%) de la technologie rizicole et par ricochet la productivité des exploitants agricoles de l'ordre également de 20%. 

Selon Nakelse, la radio est un outil qui permet d'accélérer la réception de l'information dans la mesure où les populations ont accès facile  à ce média.

« Nous avons pu identifier que l'écoute des informations sur l'agriculture prédispose les paysans à pouvoir mieux adopter les meilleures technologies agricoles. L'adoption permet aussi de pouvoir améliorer la productivité des paysans qui gagnent beaucoup de revenus à la vente de leur production», a dit Nakelse.

« Nous avons constaté que l'écoute de la radio a une effet positif et significatif  de l'ordre de 20 % sur l'adoption des technologies par les paysans. Une fois que la technologie a été adoptée par le biais de la radio, la productivité aussi s'ensuit. La radio peut être un canal important pour aider les populations à adopter les meilleures technologies afin de pouvoir augmenter leurs revenus au niveau de leur communauté », a ajouté Nakelse.

Pour Amadou Soulé Alassane Mané, Ingénieur agronome et conseiller technique à l'Union régionale des producteurs du Borgou/Alibori (Nord du Bénin), les technologies de l'information et de la communication (TIC) constituent une alternative pour davantage renforcer le travail classique de la vulgarisation telle qu'elle est mise en œuvre aujourd'hui. Mais, il avertit qu'il faut être prudent pour ne pas les systématiser car il existe des risques auxquels il faut mettre des garde-fous.

« Pour faciliter l'adoption des innovations, il faut faire un travail qui  permette d'augmenter la capacité de ces médias a effectivement atteindre une couche plus grande au niveau du monde rural », a indiqué Alassane Mané.

« Il serait important de mettre des mécanismes qui permettent d'apprécier la qualité des informations véhiculées dans ces médias », a-t-il précisé.

Dans de nombreux pays africains, le monde rural connait un déficit d'encadrement mais les encadreurs qui travaillent encore sur le terrain aux côtés des paysans n'ont pas les outils nécessaires pour animer des émissions radiophoniques de très bonnes qualités, a dit Alassane Mané

« L'option est intéressante mais il nécessite un système intégré  pour mieux le penser afin d'atteindre l'amélioration de la productivité dans les milieux ruraux à travers l'amélioration du niveau d'adoption des technologies » conclut Alassane Mané.

Christophe D. Assogba, depuis Yaoundé




No comments:

Post a Comment