Thursday, June 30, 2016

Rencontre du Ministre béninois de l’Agriculture avec les chercheurs d’AfricaRice et de l’IITA à Cotonou

En réponse à la demande d’audience de la Représentante d’AfricaRice au Bénin, Son Excellence Dr Delphin KOUDANDE, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a plutôt choisi de rendre une visite de prise de contact le 29 juin 2016 avec les chercheurs du Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) et de l’Institut international de l’agriculture tropicale (IITA), basés à Cotonou.

Accueilli à son arrivée par Dr Rita Afiavi AGBOH NOAMESHI (Représentante d’AfricaRice au Bénin), Dr Manu TAMO (Représentant de l’IITA au Bénin) et Dr David ARODOKOUN, le Directeur général de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (INRAB), le Ministre a eu des rencontres tête-à-tête avec l’équipe dirigeante de chacune de ces institutions du CGIAR au Bénin. Il a ensuite visité le laboratoire Qualité Grain d’AfricaRice.

Dans son intervention le Ministre a précisé : « Provenant de la recherche, je crois que mes premiers pas devraient être vers la recherche. Et c’est ce qui justifie ma présence ici chez vous aujourd’hui. » 

Concernant AfricaRice, il a dit que c’est « un challenge pour le Bénin d’abriter pendant 10 ans le siège du Centre de riz pour l’Afrique qui est devenu AfricaRice. Cela a apporté beaucoup au Bénin. »

Il a ajouté : « Et si vous n’étiez pas arrivés, il n’aurait pas aujourd’hui une station qui reste et qui permettrait de drainer des projets. Et ça, ce sera pour le bénéfice de la population béninoise, des jeunes qui vont continuer à travailler, ou d’autres qui vont en avoir. »

Très impressionnés par cette visite, Dr Rita Afiavi AGBOH NOAMESHI d’AfricaRice et Dr Manu TAMO de l’IITA donnent respectivement ici leurs appréciations :

« Cette visite nous a permis de discuter tête-à-tête avec le Ministre de comment nous allons nous organiser avec son appui pour travailler ensemble en partenariat solide pour mieux faire profiter au Bénin des atouts dont dispose AfricaRice. »

« Je suis aussi très fier de cette visite, parce que ça fait longtemps qu’on n’a pas reçu un ministre de l’agriculture dans nos murs. C’est aussi une ancienne connaissance que je suis content de voir aujourd’hui ici comme ministre. »

Monday, June 27, 2016

AfricaRice provides training to youth and rice value chain actors in Malanville, Benin

More than 60 rice value chain actors, including 48 women, underwent training in entrepreneurship, business management and contractual arrangements in the Malanville Rice Sector Development Hub in Benin, 8-10 June 2016, as part of the African Development Bank-funded project on Support to Agricultural Research for Development of Strategic Crops in Africa (SARD-SC). 

Malanville is the largest irrigated rice scheme in Benin, where AfricaRice has introduced new technologies, including the GEM parboiling system using an innovation platform approach, to upgrade the rice value chain. 

The main objective of the training, which was conducted by the AfricaRice Impact Assessment team, was to help women rice parboilers, youth and other participants to improve their entrepreneurial knowledge and skills. This is expected to lead to an increase in the impact of innovation along the rice value chain.

Monday, June 20, 2016

AfricaRice-Sahel Regional Station in Saint Louis organizes Field Day


About 50 research and development partners representing the agricultural ministry in Senegal, the national agricultural research system, non-governmental organizations, the private sector, university and farmers’ associations attended the Field Day organized by the AfricaRice-Sahel Regional Station in Saint Louis, Senegal, on 20 June 2016. The organizations included ISRA, SAED, CIFA, DRDR,  ISET, UCAD, PRODAM, CCBM, Symbiose, Syngenta Foundation, ASPRODEB and several farmers’ associations. 

After a warm welcome by the AfricaRice Regional Representative in Senegal, Dr Kabirou Ndiaye, and his team of scientists based at the Station, the participants were given a guided tour of the farm at the Station, which is used both for research and training. They had an opportunity to see a wide range of irrigated rice lines including stress-tolerant and high-yielding inbreds and hybrids. They visited the biotechnology, grain quality, soil and agronomy laboratories.

The Field Day ended with an in-depth discussion where participants gave their feedback and recommendations. They were highly impressed with the new technologies and asked for quick access to the RiceAdvice decision-support tool developed by AfricaRice and its partners.

Scenes from the Field Day at AfricaRice-Sahel Regional Station in Saint Louis, Senegal, 20 June 2016.

Related link : 

Les avantages des semences hybrides expliqués aux producteurs

Tuesday, June 7, 2016

AfricaRice calls for vigilance over poor quality imported rice into African countries

As part of its mandate, the Africa Rice Center (AfricaRice) plays a key role in advising its member countries on critical rice production and marketing issues. For example, the rice crisis in 2008 in Africa was clearly predicted by AfricaRice and its member countries were alerted in 2007 through the Council of Ministers, which is AfricaRice’s highest oversight body. As a result, many African rice-producing countries have developed and are implementing national rice development strategies under the Coalition for African Rice Development (CARD) framework to reduce their dependence on imported rice.
 
AfricaRice wishes to caution its member countries that it has recently received credible information on plans by Thailand to export 11.4 million tons of government stockpiled rice in May and June 2016. Though it would seem unrealistic to export 11.4 million tons in just two months, this is really a sword of Damocles hanging over the head of Africa’s rice sector, as African countries might be used again as a dumping ground if care is not taken.
 
Recently newspapers from West African countries have reported that "sub-standard" quality rice is being imported, particularly from Asian countries since African markets are considered as “not too demanding” regarding quality aspects. Poor quality imported rice has been tracked in parts of West Africa. In Senegal, the National Police recently seized 22,690 tons corresponding to a value of six billion FCFA (US$10.3 million) of Indian broken rice, unsuitable for human consumption.
 
AfricaRice wishes, therefore, to draw the attention of decision-makers in Africa, including the Council of Ministers of AfricaRice and all its development partners, to implications of such massive rice export within a short period to Africa for the three key drivers of Africa’s rice sector indicated below.
 
  1. World market: The rice price in the world market is currently increasing and is estimated to be at a rate of about 1% and 2% in February and March 2016, respectively (OSIRIZ, 2016). If we assume that the rate will continue to increase over 2%, Thailand will indeed gain a lot of money while Africa’s trade balance will be adversely affected. This would lead to price effects that could undermine efforts that are being made to support the sustainable and increased production of locally produced rice in quantity and quality.
     
  2. Public health: Some of the stockpiled rice intended for export might have been stored for a long time using chemicals, which could have adverse effects on consumers.  Though consumers will tend to save from the low price of imported rice, they will need to spend more money in remedying their health.
     
  3. Rice self-sufficiency ambitions of African governments: The dumping of massive quantities of rice in Africa’s rice market will discourage production and sale of local rice. It will certainly be counter-productive to the rice self-sufficiency goal of African countries. In effect, Africa’s farmers, processors as well as all the other actors of the rice value chain will, as usual, face the problem of competiveness in terms of permanent availability and low price of imported rice on markets, which can lead to demotivation since their revenue will decrease. This will in turn lead to decreased production of quality rice in the long run especially if business continues as usual.
 At this point AfricaRice wishes to provide the following policy advices:
  1. Standards for rice quality: For public health reasons, there is urgent need to ensure imported rice meets desired quality standards. African governments need to adopt non-tariff measures based on standard quality rice imported from any country, and ensure effective quality control at the borders.
     
  2. Tracking of imported rice in Africa’s market: Government agencies and rice importers, and farmers need to closely track movements of imported rice in Africa’s rice market. Moreover, if African governments can certify the physical and nutritional quality of the imported rice, then they should start the implementation of rice bulk purchase and storage programs, as two important policy instruments at the regional level (as indicated in a paper by AfricaRice Director General Dr Harold Roy-Macauley[1]), to facilitate the imports of rice with the involvement of partners from the public and private sectors, for a better management of these imports.
  3. Policy measures which enhance rice value chain competiveness: Rice produced locally is competitive in quality and price, hence appealing to local consumers. AfricaRice pioneering work on “willingness to pay” (WTP) for rice is providing evidence that domestic rice is preferred over imported rice of equivalent quality.  The implementation by governments of policies that encourage market competitiveness of the commodity should be intensified. Four main policies that could be advanced are as follows: (i) Increase investment in climate-resilient irrigation systems to boost productivity and reduce unsustainable rainfed rice area expansion; (ii) Increase investments in processing and marketing systems to bring local rice of good quality to urban consumers; (iii) Avoid high external tariffs and (iv) Bring rice science to the forefront of Africa’s policy debate.
Within the context of the mandate given to it by its constituency, AfricaRice reiterates its commitment to consolidating partnerships with African governments to boost the Africa’s rice sector, in general, and achieve rice self- sufficiency in countries, in particular.  


[1] Roy-Macauley, H. 2016. Increasing rice production in Africa to enhance food security. Africa Policy Review. http://africapolicyreview.com/analysis/increasing-rice-production-in-africa-to-enhance-food-security/
Related links :
 
Video : Statement by AfricaRice Director General Dr Harold Roy-Macauley on the urgent need for vigilance over poor quality imported rice into African countries
 

AfricaRice appelle à la vigilance face à la mauvaise qualité du riz importé dans les pays africains


Dans le cadre de son mandat, le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) joue un rôle clé en donnant des conseils à ses États membres sur les questions cruciales de la production et de la commercialisation du riz. A titre d’exemple, la crise rizicole de 2008 en Afrique avait été clairement prédite par AfricaRice et ses pays membres avaient été alertés en 2007 par le Conseil des ministres, qui est l’instance suprême de supervision d’AfricaRice. En conséquence, beaucoup de pays africains producteurs de riz ont développé et mis en œuvre des stratégies nationales de développement rizicole dans le cadre de la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD) en vue de réduire leur dépendance au riz importé.
 
AfricaRice voudrait avertir ses États membres qu’il a récemment reçu des informations crédibles sur les plans de la Thaïlande d’exporter en mai et juin 2016 11,4 millions de tonnes de riz des stocks du gouvernement. Bien qu’il puisse paraître irréaliste d’exporter 11,4 millions de tonnes pendant deux mois seulement, il s’agit là d’une véritable épée de Damoclès au-dessus du secteur rizicole en Afrique, puisque l’Afrique pourrait être utilisé encore comme un dépotoir si l’on n’y prend pas garde.

Récemment, les journaux des pays d’Afrique de l’Ouest ont rapporté que du riz de qualité « inférieure à la normale » est en train d’être importé, en particulier des pays asiatiques puisque les marchés africains sont considérés comme “pas trop exigeants » en ce qui concerne les aspects de qualité. Du riz importé de piètre qualité a été suivi de près dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest. Au Sénégal, en particulier, la Police nationale a saisi récemment 22 690 tonnes correspondant à une valeur de six milliards de FCFA (10,3 millions USD) de brisure de riz indien impropre à la consommation humaine.
 
AfricaRice aimerait donc attirer l’attention de nos décideurs, notamment le Conseil des ministres d’AfricaRice et ses partenaires au développement, sur les implications de telles exportations massives de riz dans une courte période de temps en direction de l’Afrique dans les trois principaux canaux du secteur rizicole en Afrique indiqués ci-dessous.

  1. Marché mondial : Le prix du riz sur le marché mondial est actuellement à la hausse et est estimé être au taux de 1 % et 2 % en février et mars 2016, respectivement (OSIRIZ, 2016). Si nous supposons que le taux va poursuivre sa croissance au-delà de 2 %, la Thaïlande va en effet gagner beaucoup d’argent tandis que la balance commerciale de l’Afrique sera défavorablement affectée. Cela entrainerait des effets de prix qui pourraient saper les efforts qui sont en cours pour supporter la production accrue et durable du riz local en quantité et en  qualité.
     
  2. Santé publique : Une partie du riz stocké prévue à l’exportation pourrait avoir été stocké pendant longtemps en utilisant des produits chimiques, qui pourraient avoir des effets néfastes sur les consommateurs. Bien que les consommateurs aient tendance à économiser sur le prix bas du riz importé, ils auront besoin de dépenser plus d’argent pour soigner leur santé.
     
  3. Ambitions d’autosuffisance en riz des gouvernements africains: Le dumping de ces quantités massives de riz sur le marché du riz en Afrique va décourager la production et la vente du riz local. Il sera, à coup sûr, contreproductif à l’objectif d’autosuffisance en riz des pays africains. En effet, les producteurs et les transformateurs en Afrique de même que les autres acteurs de la chaîne de valeur du riz vont, comme d’habitude, faire face au problème de la compétitivité en termes de disponibilité permanente et de bas prix du riz importé sur les marchés, ce qui peut entraîner la démotivation puisque leurs revenus vont baisser. Cela va en retour entraîner une baisse de la production du riz de qualité à long terme surtout si rien n’est fait.
À ce stade, AfricaRice aimerait donner les conseils politiques suivants :
  1. Normes de la qualité du riz : Pour des raisons de santé publique, il urge d’assurer que le riz importé réponde aux normes de qualité requises. Les gouvernements africains doivent adopter des mesures non-tarifaires basées sur la norme de qualité du riz importé à partir de n’importe quel pays, et veiller au contrôle effectif de la qualité aux frontières.
     
  2. Suivi de près du riz importé dans les marchés africains: Les agences gouvernementales, les importateurs et les producteurs de riz doivent suivre de près les mouvements du riz importé dans les marchés de riz en Afrique. De plus, si les gouvernements africains peuvent certifier la qualité physique et nutritionnelle du riz importé, il serait alors temps qu’ils mettent en œuvre maintenant les programmes d’achat en vrac et de stockage du riz, comme deux importants instruments politiques au niveau régional (tel qu’indiqué dans un article du Directeur général d’AfricaRice DrHarold Roy-Macauley[1]), afin de faciliter les importations de riz avec l’implication des partenaires des secteurs public et privé, en vue d’une meilleure gestion de ces importations.
     
  3. Mesures politiques qui améliorent la compétitivité de la chaîne de valeur du riz: Le riz produit localement est en effet compétitif en termes de qualité et de prix, donc attrayant pour les consommateurs locaux. Le travail pilote d’AfricaRice sur le “consentement à payer” (CP) pour le riz est la preuve que le riz local est préféré au riz importé de même qualité. La mise en œuvre par les gouvernements des politiques qui encouragent la compétitivité du marché des denrées doit être intensifiée. Quatre principales politiques pourraient être avancées comme suit : (i) Accroître l’investissement dans les systèmes d’irrigation résilients au climat en vue de booster la productivité et réduire l’expansion non durable des zones rizicoles pluviales ; (ii) Accroître les investissements dans les systèmes de transformation et de commercialisation afin d’apporter du riz de bonne qualité aux consommateurs urbains; (iii) Eviter les tarifs extérieurs élevés et (iv) Porter la science rizicole au-devant du débat politique en Afrique.
Dans le cadre du mandat qui lui a été donné par ses États membres, AfricaRice réitère son engagement à la consolidation des partenariats avec les gouvernements africains en vue de booster le secteur rizicole en Afrique en général et réaliser l’autosuffisance en riz dans les pays en particulier.

 
[1] Roy-Macauley, H. 2016. Increasing rice production in Africa to enhance food security. Africa Policy Review. http://africapolicyreview.com/analysis/increasing-rice-production-in-africa-to-enhance-food-security/
  
Liens utiles

Friday, June 3, 2016

IESA students selected for Harvard University Leadership Summit 2016 visit AfricaRice HQ

Students from the International English School of Abidjan (IESA) visited AfricaRice Headquarters in Abidjan, Côte d'Ivoire on 2 June 2016 to gain a broad knowledge of how AfricaRice contributes to food security and sustainable agriculture through its research, development and partnership activities.

The delegation included 10 IESA students (Kenneth Kouadio, Godwin Delaney, Golda Anderson, Tinan Diama, Isaac Kone, Ally Diabi, Yemima Benie, Lesly Grattie, Ananya Misra and Godfred Delaney),  who have been selected to take part in the Harvard University Leadership Summit 2016. The students were accompanied by the International Programs Coordinator Anjolie Okoye and IT Officer Kwame Dwumah of IESA.

The students were shown videos on AfricaRice activities and were given a guided tour of the information display at the headquarters. They asked many pertinent questions on food security and climate change and were keen to know how youth can become interested in agriculture. They inspected the seed of different rice varieties, including ARICAs, NERICAs and Sahel rice varieties developed by AfricaRice and its partners. AfricaRice publication CDs and a children’s book “The Secret of NERICA” were distributed to them.