Monday, August 26, 2019

AfricaRice and Africa Harvest join forces with national partners to boost East Africa’s rice productivity and competitiveness

  • Project to address rice value chain constraints, strengthen functional linkages and improve capacity of farmers and input dealers, millers and marketers
  • About 18,000 stakeholders, including rice farmers, seed producers, extension service providers, processors and national research staff in Kenya, Uganda and Madagascar to benefit
  • At least 40% targets to be women and 20% youth aged 15-35 years
Nairobi, Kenya, 26 August 2019 - With support from the International Fund for Agricultural Development (IFAD), two premier institutes for agricultural development in Africa – the Africa Rice Center (AfricaRice) and the Africa Harvest Biotech Foundation International (Africa Harvest) – are launching a project in partnership with national programs to enhance the performance of the local rice value chains in Kenya, Uganda and Madagascar, based on innovative institutional approaches and knowledge products.

“This important IFAD-funded project comes at an opportune moment, as we have announced this year that our aim is to achieve self-sufficiency in rice by boosting output to 400,000 tonnes by 2022, under our ‘Big Four’ economic agenda,” stated Hon. Mwangi Kiunjuri, Cabinet Secretary, Ministry of Agriculture, Livestock, Fisheries and Irrigation, Government of Kenya. “We count on the expertise of AfricaRice, Africa Harvest and our scientists to assist in capacity strengthening and reduction of postharvest losses.”

Titled ‘Strengthening the rice sector in East Africa for improved productivity and competitiveness of domestic rice’ (EARiSS), the 3-year project will adapt appropriate rice technologies and innovations to address emerging rice value chain constraints, strengthen functional linkages among key rice stakeholders using multi-stakeholder innovation platforms (IPs), and improve capacity of farmers and other rice value chain actors, including input dealers, millers and marketers.

About 18,000 stakeholders, including rice farmers, seed producers, extension service providers, processors and national research staff in Kenya, Uganda and Madagascar are expected to benefit directly from this project. At least 40% of this target group is expected to be women, and at least 20% youth aged 15-35 years.

Indirect beneficiaries include other rice value chain actors, such as farm input dealers, equipment fabricators, transporters, micro-finance providers, non-governmental organizations and policymakers. The outputs of the project will be relevant for at least 100,000 rice-farming households in East Africa.

“We are fortunate to work with Africa Harvest and our national partners in Kenya, Uganda and Madagascar on this project, which will help harness our combined knowledge and experience to address challenges along the rice value chain of these three countries,” said Dr Harold Roy-Macauley, AfricaRice Director General. “We take this opportunity to convey our sincere thanks to IFAD for enabling research outputs to contribute directly to targeted development outcomes.”

Rice is one of the key strategic crops for food security and a source of income for rice value chain actors in the project countries. Despite increases in rice production, the local supply however, has not been able to meet the growing demand, driven by changing consumer preferences and rapid urbanization. The rice import bill has therefore risen sharply and is estimated at US$ 500 million per year, in East Africa.

“It is unacceptable that 80% of Kenya’s rice is imported, when we have all the potential to produce it here,” stated Dr Florence Wambugu, Chief Executive Officer of Africa Harvest. “That is why, it is so important that AfricaRice, which is known for its climate-smart technologies, adapted to African conditions, can bring to bear its expertise in boosting the rice sector in the project countries.”

Expressing her optimism about the project’s potential, Dr Wambugu said, “Equipped with knowledge, innovative technologies and requisite skills along the rice value chain, in combination with strong political support and adequate investment in the rice sector, our rice stakeholders can make local rice production internationally competitive.”

In addition to helping bridge the widening rice production-consumption gap, the project is expected to contribute to the improvement of food and nutrition security, sustainable agricultural development, creation of rural employment for women and youth, reduction in the rice import bill and economic development in the project countries.

The project is linked to the national rice development strategies (NRDS) in the three countries and is aligned with IFAD objectives, as it will (a) promote the out scaling of innovative, pro-poor approaches and technologies through the IPs to achieve greater impact; (b) strengthen partners’ institutional capacities; (c) enhance advocacy and policy engagement; and (d) enhance and share generated knowledge for development impact.

It will be implemented in close association with the Kenya Agriculture and Livestock Research Organization (KALRO) and the National Irrigation Board (NIB) in Kenya; the National Center for Applied Research on Rural Development (FOFIFA) in Madagascar; and the National Agricultural Research Organisation (NARO) in Uganda.
Key project activities include the following:
  1. Promoting promising varieties and agronomic practices for enhanced productivity and reduced yield gap in the rice hubs;
  2. Promoting appropriate seed production practices and delivery mechanisms;
  3. Enhancing the capacity of rice value chain actors in post-harvest management and marketing of quality rice whilst promoting gender related activities.
“The project activities will be implemented in an interdisciplinary manner through IPs located in rice hubs in the project countries,” said Dr Edgar Twine, AfricaRice Marketing and Rice Value Chain Expert and EARiSS project Coordinator.

About Africa Rice Center (AfricaRice)
AfricaRice is a pan-African research-for-development (R4D) intergovernmental association of African member countries. It is also a CGIAR Research Center – part of a global research partnership for a food-secure future. www.africarice.org
About Africa Harvest
Africa Harvest Biotech Foundation International is a non-profit agricultural organization whose mission is to use science and technology, gender-sensitive, appropriate agricultural technologies and innovative institutional approaches to improve livelihoods of rural communities, particularly smallholder farmers. www.africaharvest.org

For more information contact: 
Savitri Mohapatra, AfricaRice Head of Marketing & Communications, +225 795 851 59;s.mohapatra@cgiar.org
Edgar Twine, AfricaRice Marketing & Rice Value Chain Expert, +256 775 914 074;E.Twine@cgiar.org
Grace Mukasa, Africa Harvest Communications Manager, +254 711 794 081;
gmukasa@africaharvest.org
Related link :

AfricaRice, Africa Harvest et les partenaires nationaux conjuguent leurs efforts pour redynamiser la productivité et la compétitivité du riz en Afrique de l'Est

  • Projet pour répondre aux contraintes de la chaîne de valeur du riz, renforcer les liens fonctionnels et améliorer les capacités des agriculteurs et des négociants en intrants, des usiniers et des commerçants
  • Environ 18 000 acteurs, dont des riziculteurs, des producteurs de semences, des prestataires de services de vulgarisation, des transformateurs et des agents de la recherche nationaux au Kenya, en Ouganda et à Madagascar devraient bénéficier de ce projet
  • Au moins 40 % de ce groupe cible seraient des femmes et au moins 20 % des jeunes de 15 à 35 ans
Nairobi, Kenya, 26 août 2019. Avec l'appui du Fonds international de développement agricole (FIDA), deux instituts de premier plan dans le domaine du développement agricole en Afrique – le Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice) et Africa Harvest Biotech Foundation International (Africa Harvest) – lancent un projet en partenariat avec des programmes nationaux pour améliorer la performance des chaînes de valeur locales du riz au Kenya, en Ouganda et à Madagascar, basé sur des approches institutionnelles novatrices et des produits issus de la connaissance.


« Cet important projet financé par le FIDA arrive à point nommé, car nous avons annoncé cette année que notre objectif est d'atteindre l'autosuffisance en riz en portant la production à 400 000 tonnes d'ici 2022, dans le cadre de notre programme économique « Big Four », a déclaré Mwangi Kiunjuri, Secrétaire de Cabinet, du ministère de l'Agriculture, de l'Élevage, de la Pêche et de l'Irrigation du gouvernement du Kenya. « Nous comptons sur l'expertise d'AfricaRice, d'Africa Harvest et de nos chercheurs pour contribuer au renforcement des capacités et à la réduction des pertes post-récolte. »



Intitulé « Renforcer le secteur rizicole en Afrique de l'Est pour améliorer la productivité et la compétitivité du riz local » (EARiSS), le projet de 3 ans adaptera les technologies et les innovations rizicoles appropriées pour répondre aux contraintes émergentes de la chaîne de valeur du riz, renforcer les liens fonctionnels entre les principaux acteurs du secteur rizicole en utilisant des plateformes d'innovation multi-acteurs (PI) et en améliorant les capacités des agriculteurs et des autres acteurs de la chaîne de valeur du riz, y compris les négociants en intrants, les usiniers et les commerçants.



Environ 18 000 acteurs, dont des riziculteurs, des producteurs de semences, des prestataires de services de vulgarisation, des transformateurs et des agents de la recherche nationaux au Kenya, en Ouganda et à Madagascar devraient bénéficier directement de ce projet. Au moins 40 % de ce groupe cible devraient être des femmes et au moins 20 % des jeunes de 15 à 35 ans.



Les bénéficiaires indirects comprennent d'autres acteurs de la chaîne de valeur du riz, tels que les négociants en intrants agricoles, les fabricants d'équipements, les transporteurs, les fournisseurs de microfinancement, les organisations non-gouvernementales et les décideurs politiques. Les résultats du projet seront pertinents pour au moins 100 000 ménages de riziculteurs d'Afrique de l'Est.



« Nous avons la chance de travailler avec Africa Harvest et nos partenaires nationaux au Kenya, en Ouganda et à Madagascar sur ce projet, qui nous aiderons à exploiter nos connaissances et notre expérience combinées pour relever les défis de la chaîne de valeur du riz dans ces trois pays », a déclaré Dr Harold Roy-Macauley, Directeur général d’AfricaRice. « Nous saisissons cette occasion pour adresser nos sincères remerciements au FIDA pour avoir permis aux résultats de la recherche de contribuer directement à des résultats de développement ciblés. »



Le riz est l'une des principales cultures stratégiques pour la sécurité alimentaire et une source de revenus pour les acteurs de la chaîne de valeur du riz dans les pays du projet. Malgré l'augmentation de la production de riz, l'offre locale n'a toutefois pas été en mesure de satisfaire la demande croissante, en raison de l'évolution des préférences des consommateurs et de l'urbanisation rapide. En Afrique de l'Est, la facture des importations de riz a donc fortement augmenté et est estimée à 500 millions de dollars US par an.



« Il est inacceptable que 80 % du riz au Kenya soit importé alors que nous avons tout le potentiel pour le produire ici », a déclaré Dr Florence Wambugu, Directrice générale d'Africa Harvest. « C'est pourquoi, il est si important qu'AfricaRice, qui est connu pour ses technologies intelligentes face au climat, adaptées aux conditions africaines, puisse mettre à profit son expertise dans la relance du secteur rizicole dans les pays du projet. »



Exprimant son optimisme quant au potentiel du projet, Dr Wambugu a ajouté : « nos acteurs de la riziculture – dotés de connaissances, de technologies innovantes et de compétences requises sur l’ensemble de la chaîne de valeur du riz – en combinaison avec un soutien politique fort et des investissements adéquats dans le secteur rizicole peuvent rendre la production locale de riz compétitive sur le plan international ».



En plus de contribuer à combler l'écart croissant entre la production et la consommation de riz, le projet devrait contribuer à l'amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au développement agricole durable, à la création d'emplois ruraux pour les femmes et les jeunes, à la réduction de la facture des importations de riz et au développement économique dans les pays concernés.



Le projet est lié aux Stratégies nationales de développement de la riziculture (SNDR) dans les trois pays et est aligné sur les objectifs du FIDA, car il permettra : a) de promouvoir l'adoption d'approches et de technologies novatrices et favorables aux pauvres par le biais des PI pour obtenir un impact plus important ; b) de renforcer les capacités institutionnelles des partenaires ; c) de renforcer les activités de plaidoyer et d'action ; et d) de développer et de partager la connaissance générée pour un impact du développement.



Il sera mis en œuvre en étroite collaboration avec l'Organisation kenyane de recherche sur l'agriculture et l'élevage (KALRO) et le Conseil national de l’irrigation (NIB) au Kenya, le Centre national de recherche appliquée sur le développement rural (FOFIFA) à Madagascar et l’Organisation nationale de recherche agricole (NARO) en Ouganda.



Les principales activités du projet sont les suivantes :

  1. Promouvoir des variétés et des pratiques agronomiques prometteuses pour améliorer la productivité et réduire l'écart de rendement dans les pôles rizicoles ;
  2. Promouvoir des pratiques appropriées de production de semences et des mécanismes de livraison appropriés ;
  3. Renforcer les capacités des acteurs de la chaîne de valeur du riz en matière de gestion post-récolte et de commercialisation du riz de qualité, tout en encourageant les activités liées au genre.
« Les activités du projet seront mises en œuvre de manière interdisciplinaire par l'intermédiaire des PI situés dans les pôles rizicoles des pays du projet », a déclaré le Dr Edgar Twine, Expert en marketing et chaîne de valeur du riz et coordinateur du projet EARiSS à AfricaRice.

Le Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice)
AfricaRice est une association intergouvernementale panafricaine de recherche pour le développement regroupant des pays membres africains. AfricaRice est également un centre de recherche du CGIAR - faisant partie d'un partenariat mondial de la recherche agricole pour un futur sans faim. www.africarice.org

Africa Harvest
Africa Harvest Biotech Foundation International est une organisation agricole à but non lucratif dont la mission est d'utiliser la science et la technologie, des technologies agricoles appropriées et sensibles au genre, ainsi que des approches institutionnelles innovantes pour améliorer les moyens de subsistance des communautés rurales, en particulier des petits exploitants. www.africaharvest.org

Pour plus d'informations, contacter :
Savitri Mohapatra, AfricaRice Head of Marketing & Communications, +225 795 851 59; s.mohapatra@cgiar.org
Edgar Twine, AfricaRice Marketing & Rice Value Chain Expert, +256 775 914 074; E.Twine@cgiar.org
Grace Mukasa, Africa Harvest Communications Manager, +254 711 794 081; gmukasa@africaharvest.org
Related link :

Friday, August 16, 2019

AfDB-TAAT promotes trailblazing hybrid rice technology adapted to Africa


16 August 2019, Abidjan, Côte d’Ivoire. The Rice Compact of the African Development Bank-funded project on Technologies for African Agricultural Transformation (TAAT) is paving the way for rice transformation in sub-Saharan Africa by promoting locally-adapted high-yielding hybrid rice varieties developed by the Africa Rice Center (AfricaRice).

One such trailblazer is AR051H, which is the first hybrid rice variety released by the Senegalese Institute of Agricultural Research (ISRA) in Senegal under the name ISRIZ-9 in 2017. With high yield potential of 11-13 t/ha, long slender grains and good milling quality, ISRIZ-9, is aromatic, a trait that is highly appreciated by Senegalese consumers.

As a result of heterosis (hybrid vigor), hybrid rice typically shows a yield advantage of 15‒20% over the best conventionally bred varieties (inbreds) grown under the same conditions. It can provide an avenue for African rice farmers to boost rice yields and improve profitability. Moreover, hybrid rice seed production can be a lucrative business for seed companies and create employment opportunities for Africa’s youth.

As part of its approach to catalyze agribusiness and entrepreneurship development in the rice value chain with the active involvement of seed enterprises, the TAAT Rice Compact facilitated the large-scale demonstration of ISRIZ-9 seed production at a Field Day organized by AfricaRice and ISRA at the AfricaRice Regional Center in Saint Louis, Senegal, on 6 August 2019.

“Hybrid rice technology developed for Africa is a magnificent achievement as it can revolutionize our rice production.” declared Mr Cheikh Sidi Vall from SRIA, a major seed enterprise in Mauritania. “We are very keen to test and adopt this in our country.” Mr Vall was one of the 77 participants from five countries (Senegal, Mauritania, Mali, Cote d’Ivoire and Egypt), who attended the Field Day.

Thanking AfricaRice and the TAAT project, Mrs Penda Cissé, Founder/Director of the FEPRODES women rice producers’ association in Saint Louis, remarked, “While research is continuing to develop productive rice varieties and hybrids like these, we farmers and seed producers must also adopt these new technologies, so that we can reduce rice imports and make our country self-sufficient in rice.”

According to Dr Sidi Sanyang, TAAT Rice Coordinator and AfricaRice Leader for the Rice Sector Development Program, the main purpose of the Field Day was to initiate functional partnerships with seed enterprises in the production and commercialization of hybrid rice seeds and contribute to food and nutrition security in Africa.

“As part of the next step, seed enterprises are expected to support large-scale hybrid demonstrations in farmers’ fields with technical backstopping from AfricaRice and ISRA,” Dr Sanyang explained. Seed of ISRIZ-9 and a few other promising hybrid lines developed by AfricaRice will be provided for these demonstrations.

The Field Day included an in-depth group discussion and question-answer session on the hybrid rice technology, which was coordinated by Dr Baboucarr Manneh, AfricaRice Irrigated Rice Breeder. “We have new hybrid lines, some of which are better than ISRIZ-9 and have yield potential of up to 14-15 t/ha,” Dr Manneh revealed during the discussions. 

For a new technology such as hybrid rice in sub-Saharan Africa, capacity development is critical to its long-term sustainability. The TAAT Rice Compact and the West and Central African Council for Agricultural Research and Development (CORAF) are partnering to initiate training in hybrid rice seed production. 

“It is important for local companies to be trained in hybrid rice seed production as there are risks of rice diseases spreading through hybrid seed brought from outside Africa,” stated Dr Raafat El-Namaky, Hybrid Rice Breeder from the Rice Research and Training Centre (RRTC), Egypt, who led the AfricaRice hybrid rice breeding program from 2009 to 2018. 

Dr El-Namaky – who can claim the title of ‘Father of AfricaRice hybrid rice’ –spearheaded the development of almost 800 hybrids and their parental lines at AfricaRice. Some of these hybrids have been evaluated in several African countries. “AfricaRice has now more than 50 promising hybrids and at least 15 of these are ready for release and wide-scale adoption,” he told the participants of the Field Day. 

In addition to participants from ISRA, AfricaRice and RRTC, the Field Day was attended by representatives from the following sectors, among others:
  • Agribusiness, seed enterprises and associations from Senegal, Mauritania and Mali (CNT, CASL, SEDAB, FASO-KABA, FEPRODES, GIE AGRITECH, GIE DYNN, UNIS, SRIA, KORKA RICE);
  •  Donor community (USAID, Syngenta Foundation);
  • Research, development and extension organizations and university from Senegal and Mauritania (DRDR, SODAGRI, SAED, UGB, CNRADA, SONADER);
  • Rice farmers and seed producers from Senegal; and
  •  National and local media agencies
Thanking the African Development Bank for its strong support to the promotion of the hybrid rice technology in Africa through the TAAT project and all the participants for their active participation, Dr Karim Traoré, interim head of the AfricaRice Regional Center in Saint Louis, Senegal, stated “Hybrid rice means agri-business. All the key partners will work together to develop win-win public-private partnership models so that our farmers and seed enterprises can fully benefit from this technology.”

Photos from the Field Day to showcase the performance of hybrid rice varieties developed by AfricaRice, 6 August 2019, Saint Louis, Senegal
https://bit.ly/2N6Yk7Z  


Podcasts from the Field Day to showcase the performance of hybrid rice varieties developed by AfricaRice, 6 August 2019, Saint Louis, Senegal:

Interview : Raafat El-Namaky, Hybrid Rice Breeder, Rice Research and Training Center (RRTC), Egypt
https://bit.ly/2TDdOSk

Interview : Sidi Sanyang, AfricaRice TAAT Rice Compact Coordinator
https://bit.ly/2N1WJAu

Entretien avec Mme Penda Guèye Cissé, Fondatrice/Directrice de «FEPRODES», Saint Louis, Sénégal
https://bit.ly/33H7Vsi

Entretien avec Abdoul Aziz Diop, Ingénieur travaux agriculture, Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Sénégal
https://bit.ly/2KSjXpN

Entretien avec Sidi Cheikh S. Vall, Producteur de semences, SRIA, Mauritanie
https://bit.ly/2TBcuj7

Entretien avec Sow Abdoulaye, Centre national de recherche agronomique et de développement agricole (CNRADA), Mauritanie
https://bit.ly/2z1XvFl

Presentation : Raafat El-Namaky, Hybrid Rice Breeder, Rice Research and Training Center (RRTC), Egypt (Dr Baboucarr Manneh, AfricaRice Irrigated Rice Breeder, interpreting into French Dr Raafat El-Namaky's presentation)
https://bit.ly/2KEgAUJ

Présentation de Karim Traoré, Représentant régional d’AfricaRice (par intérim), Saint Louis, Sénégal
https://bit.ly/2KzVerv

Présentation de Sidi Sanyang, Coordinateur d’AfricaRice du Compact Riz-TAAT
https://bit.ly/2N80RyT

Présentation de Abdoul Aziz Diop, Ingénieur travaux agriculture, Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Sénégal
https://bit.ly/2KRSuF3

Additional information / Informations complémentaires
In the news

Le projet BAD-TAAT promeut la technologie rizicole hybride innovante et adaptée à l'Afrique






16 août 2019, Abidjan, Côte d’Ivoire. Le Compact riz du projet Technologies pour la transformation de l'agriculture en Afrique (TAAT), financé par la Banque africaine de développement, ouvre la voie à la transformation de la riziculture en Afrique subsaharienne en promouvant des variétés de riz hybride à haut rendement adaptées aux conditions locales et mises au point par le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice).
L’une de ces innovations est AR051H, la première variété de riz hybride lancée en 2017 par l'Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) au Sénégal sous le nom ISRIZ-9. Avec un potentiel de rendement élevé de 11-13 t/ha, des grains longs et fins et une bonne qualité d’usinage, ISRIZ-9 est parfumée, un caractère très apprécié des consommateurs sénégalais.
En raison de l'hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente généralement un avantage de rendement de 15 à 20 % par rapport aux meilleures variétés traditionnelles (consanguines) cultivées dans les mêmes conditions. Il peut permettre aux riziculteurs africains d'accroître leurs rendements et d'améliorer leur rentabilité. De plus, la production de semences de riz hybride peut être une activité lucrative pour les entreprises semencières et créer des opportunités d’emplois pour la jeunesse africaine.
Dans le cadre de son approche visant à catalyser le développement de l'agrobusiness et de l'entreprenariat dans la chaîne de valeur du riz avec la participation active des entreprises semencières, le Compact riz du TAAT a facilité la démonstration à grande échelle de la production de semences ISRIZ-9 lors d’une journée portes ouvertes organisée le 6 août 2019 par AfricaRice et l’ISRA à la station régionale d’AfricaRice à Saint Louis, au Sénégal.
« La technologie du riz hybride mise au point pour l'Afrique est une grande réussite car elle peut révolutionner notre production rizicole », a déclaré M. Cheikh Sidi Vall de SRIA, une grande entreprise semencière en Mauritanie. « Nous avons hâte de tester et d'adopter cette technologie dans notre pays. » M. Vall était l'un des 77 participants venus de cinq pays (Sénégal, Mauritanie, Mali, Côte d'Ivoire et Égypte), qui ont pris part à la journée portes ouvertes.
Remerciant AfricaRice et le projet TAAT, Mme Penda Cissé, fondatrice / directrice de l'association des femmes productrices de riz FEPRODES à Saint Louis, a déclaré : « Alors que la recherche continue à mettre au point des variétés de riz productives et des hybrides comme ceux-ci, nous, agriculteurs et producteurs de semences devons aussi adopter ces nouvelles technologies, afin que nous puissions réduire nos importations et rendre notre pays autosuffisant en riz. »
Selon Dr Sidi Sanyang, Coordonnateur du Compact riz du TAAT Chef du Programme Développement du secteur rizicole à AfricaRice, le but principal de la journée portes ouvertes était d'initier des partenariats fonctionnels avec les entreprises semencières dans la production et la commercialisation des semences de riz hybride et de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique.
« Dans le cadre de la prochaine étape, les entreprises semencières devraient soutenir les démonstrations hybrides à grande échelle dans les champs des agriculteurs avec l'appui technique d'AfricaRice et de l'ISRA », a expliqué Dr Sanyang. Des semences de la variété ISRIZ-9 et quelques autres lignées hybrides prometteuses mises au point par AfricaRice seront fournies pour ces démonstrations.
La journée portes ouvertes comprenait une discussion approfondie et une séance de questions-réponses coordonnées par Dr Baboucarr Manneh, sélectionneur de riz irrigué à AfricaRice. « Nous disposons de nouvelles lignées hybrides, dont certaines sont meilleures que ISRIZ-9 et ont un potentiel de rendement allant jusqu'à 14-15 t/ha », a-t-il déclaré.
Pour une nouvelle technologie telle que le riz hybride en Afrique subsaharienne, le renforcement des capacités est essentiel à sa durabilité à long terme. Le Compact riz du TAAT et le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles(CORAF) s'associent pour initier une formation à la production de semences de riz hybride.
« Il est important que les entreprises locales soient formées à la production de semences de riz hybride, car il y a des risques de propagation de maladies du riz par des semences hybrides qui ne proviennent pas de l'Afrique », a déclaré Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride du Centre de recherche et de formation rizicole (RRTC), Égypte, qui a dirigé le programme de sélection du riz hybride à AfricaRice entre 2009 et 2018.
Dr El-Namaky, qui peut revendiquer le titre de « père du riz hybride d’AfricaRice », a dirigé la mise au point de près de 800 hybrides et de leurs lignées parentales à AfricaRice. Certains de ces hybrides ont été évalués dans plusieurs pays africains. « AfricaRice dispose maintenant de plus de 50 hybrides prometteurs et au moins 15 d'entre eux sont prêts à être homologués et adoptés à grande échelle », a-t-il déclaré aux participants de la journée portes ouvertes.
Outre les participants venus de l'ISRA, d'AfricaRice et du RRTC, des représentants des secteurs suivants, entre autres, ont pris part à la journée portes ouvertes :
  • Agro-industries, entreprises et associations de la production des semences du Sénégal, de la Mauritanie et du Mali (CNT, CASL, SEDAB, FASO-KABA, FEPRODES, GIE AGRITECH, GIE DYNN, UNIS, SRIA, KORKA RICE) ;
  • Communauté de donateurs (USAID, Fondation Syngenta) ;
  • Organismes de recherche, de développement et de vulgarisation et universités du Sénégal et de la Mauritanie (DRDR, SODAGRI, SAED, UGB, CNRADA, SONADER) ;
  • Riziculteurs et producteurs de semences du Sénégal ; et
  • Agences de média au niveau national et local. 
Remerciant la Banque africaine de développement pour son soutien fort à la promotion de la technologie du riz hybride en Afrique à travers le projet TAAT et tous les participants pour leur participation active, Dr Karim Traoré, chef par intérim de la station régionale d’AfricaRice à Saint Louis, a déclaré « Riz hybride, c’est de l’agro-business. Tous les partenaires clés travailleront ensemble pour élaborer des modèles de partenariat public-privé gagnant-gagnant afin que nos agriculteurs et nos entreprises semencières puissent bénéficier pleinement de cette technologie. »

Photos from the Field Day to showcase the performance of hybrid rice varieties developed by AfricaRice, 6 August 2019, Saint Louis, Senegal
https://bit.ly/2N6Yk7Z  

Podcasts from the Field Day to showcase the performance of hybrid rice varieties developed by AfricaRice, 6 August 2019, Saint Louis, Senegal:

Interview : Raafat El-Namaky, Hybrid Rice Breeder, Rice Research and Training Center (RRTC), Egypt
https://bit.ly/2TDdOSk

Interview : Sidi Sanyang, AfricaRice TAAT Rice Compact Coordinator
https://bit.ly/2N1WJAu

Entretien avec Mme Penda Guèye Cissé, Fondatrice/Directrice de «FEPRODES», Saint Louis, Sénégal
https://bit.ly/33H7Vsi

Entretien avec Abdoul Aziz Diop, Ingénieur travaux agriculture, Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Sénégal
https://bit.ly/2KSjXpN

Entretien avec Sidi Cheikh S. Vall, Producteur de semences, SRIA, Mauritanie
https://bit.ly/2TBcuj7

Entretien avec Sow Abdoulaye, Centre national de recherche agronomique et de développement agricole (CNRADA), Mauritanie
https://bit.ly/2z1XvFl

Presentation : Raafat El-Namaky, Hybrid Rice Breeder, Rice Research and Training Center (RRTC), Egypt (Dr Baboucarr Manneh, AfricaRice Irrigated Rice Breeder, interpreting into French Dr Raafat El-Namaky's presentation)
https://bit.ly/2KEgAUJ

Présentation de Karim Traoré, Représentant régional d’AfricaRice (par intérim), Saint Louis, Sénégal
https://bit.ly/2KzVerv

Présentation de Sidi Sanyang, Coordinateur d’AfricaRice du Compact Riz-TAAT
https://bit.ly/2N80RyT

Présentation de Abdoul Aziz Diop, Ingénieur travaux agriculture, Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Sénégal
https://bit.ly/2KRSuF3

Additional information / Informations complémentaires
In the news

Friday, August 9, 2019

Vers une autosuffisance en riz à Madagascar : AfricaRice et ses partenaires concourent à l’augmentation de la production rizicole dans le Sud-Ouest


(Article de blog rédigé par Mme Irène Eliette Razafindraibe, UCOM, FOFIFA


Le riz est le produit emblématique de Madagascar. La consommation annuelle de riz par habitant est estimée à 138 kg en milieu rural et 113 kg en milieu urbain. Aliment de base de la population malgache, le riz est la principale culture vivrière dans la Grande Ile et 90 % des activités agricoles sont basées sur la riziculture qui est pratiquée par environ 2 000 000 de ménages. La filière riz constitue la première activité économique en milieu rural. L’autosuffisance en riz est un défi du gouvernement malgache.

Pour être autosuffisant en riz, il faudrait d’abord accroitre la production aussi bien en quantité qu’en qualité. Les perspectives d’augmentation de la production rizicole nécessitent entre autres la production et la valorisation des variétés améliorées, à plus haut rendement. Les variétés améliorées sont plus performantes et résilientes au changement climatique, que celles traditionnellement cultivées par les paysans. Leur productivité est rehaussée par l’utilisation des semences de bonne qualité, certifiées.

La vision de la Stratégie Nationale Semencière ambitionne de disposer  « De produits agricoles malgaches compétitifs, en abondance et de bonne renommée ». Par conséquent, son objectif est de « soutenir sur le long terme le développement du secteur agricole et agro-alimentaire et de contribuer ainsi, à la réduction de la pauvreté et à l’essor de l’économie nationale ». Il s’agit à cet effet de « promouvoir l’utilisation des variétés améliorées pour atteindre un développement rapide et harmonieux du marché des semences ». 

Pour ce faire, un des créneaux principaux demeure la professionnalisation de la filière semencière et l’utilisation de semences de qualité. Les indicateurs de résultats escomptés dans cette stratégie sont l’augmentation de 5 à 10% des surfaces emblavées avec des semences améliorées et l’augmentation de 10 à 50% des rendements selon les cultures et les régions.

La production, la disponibilité et l’accessibilité des semences certifiées devrait permettre de satisfaire les besoins pressants des producteurs.

Comment connaître les besoins réels des riziculteurs ?
Pour savoir, il faudrait les « associer à la sélection même des variétés pour qu’ils fasse un choix correspondant à leurs préférences ». C’est ce que l’on appelle la sélection variétale participative mieux connue sous le terme anglais PVS ou Participatory varietal selection.

Les riziculteurs du Bas Mangoky ont connu l’expérience, en vue de la production de semences de la prochaine saison culturale

Dans l’objectif de porter un appui direct aux producteurs de semences et riziculteurs, l’AfricaRice et le FOFIFA, dans le cadre du « Projet de Réhabilitation des Infrastructures Agricoles de la Région Sud-Ouest (PRIASO), » financé par la Banque Africaine pour le Développement, et à travers leurs programmes de sélection et d’amélioration variétale ont testé des nouvelles variétés de riz proposées pour la région Sud Ouest de Madagascar. La moyenne de rendement en paddy des variétés traditionnelles varie entre 4 et 5 tonnes/ha. Les nouvelles variétés sélectionnées s’adaptent aux conditions agroécologiques de la région et permettront d’obtenir au moins 20% supplémentaire de rendement.

Madagascar est le deuxième pays d’Afrique sub-saharienne en termes de superficies rizicoles irriguées : un million d’hectares, soit 30 % des terres agricoles. Le secteur irrigué est généralement représenté par les grands périmètres irrigués de superficie unitaire supérieure à 2 500 ha.

Avec une superficie équivalente à 5000 ha et un rendement de 6 tonnes et plus à l’hectare, la grande plaine du Bas Mangoky dans le Sud Ouest de Madagascar dispose d’un important potentiel et constitue certainement une des grandes régions productrices rizicoles à Madagascar.

Au travers du Projet PRIASO, une Convention associant l’AfricaRice, le FOFIFA et le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, incluant le  Service Officiel de Contrôle des Semences et des Matériels végétales (SOC) et la Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de la région d’Atsimo Andrefana, a été initiée, pour appuyer les Groupements de Paysans Semenciers de  la Région en production de semences et en techniques agronomiques. Cette convention comprend trois volets :
-        (1) Soutien à la production semencière,
-        (2) Augmentation de la production rizicole : Agronomie,
-        (3) Appui au développement durable de la production rizicole.
Cela a permis aux producteurs semenciers de se lancer dans le processus participatif de sélection variétale, avec l’assistance des chercheurs, afin d’identifier par eux même les variétés qu’ils préfèrent.

Les critères de préférence peuvent être évidemment la performance en termes de rendements, de résistance aux maladies et aux bio-agresseurs, de goût, d’autres attributs tels que le nombre de graines, le tallage, la pureté, taux d’humidité, la résistance à la verse, etc.

Les PVS ont été conduits dans les parcelles des paysans semenciers servant de sites de références à Namatoa,  Andranomanintsy, Tanandava et Angara. 18 variétés ont été utilisées dont 14 variétés provenant de l’AfricaRice et 4 variétés provenant du FOFIFA : X265, MR, 2598, Tox V5 ont servi de témoins. Les producteurs ont sélectionné 5 variétés de leurs choix pour la production de semences.

A charge pour le SOC ensuite de vérifier scientifiquement la valeur agronomique et technologique des variétés choisies, en rapport avec les caractères, l’homogénéité, la spécificité, la performance, le rendement et ensuite de procéder à la validation. L’objectif étant de procéder à l’homologation, une condition requise pour le classement des variétés sélectionnées dans le Catalogue National des variétés. Ce classement dans le Catalogue autorisera ainsi les GPS à la production de semences certifiées.

Une visite officielle d’évaluation des résultats des PVS conduits dans des parcelles des Groupements de Paysans Semenciers du Bas Mangoky a été organisée au mois de juin 2019. La Représentante de l’AfricaRice à Madagascar, Dr Gaudiose Mujawamariya avec la délégation du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, et l’équipe technique de l’AfricaRice, du FOFIFA, du SOC, et de la DRAEP, ainsi que les représentants des GPS et les riziculteurs de la région ont participé à cette visite où les paysans producteurs semenciers ont fait part de leurs expériences.

Par la même occasion, une démonstration d’équipements agricoles a été effectuée sous l’égide du Centre de Formation et d’Application en Machinisme Agricole ou CFAMA. Cette opportunité a été offerte aux GPS pour s’informer des avantages et des performances techniques des batteuses à pédale et d’autres matériels tels que les sarcleuses, semoirs, vanneuses.

L’autosuffisance alimentaire constitue actuellement une des engagements présidentiels. L’adhésion de Madagascar au Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) depuis 2011 va dans le sens d’une amélioration de la sécurité alimentaire et d’un accroissement de la productivité rizicole.

AfricaRice est une organisation de recherche panafricaine leader œuvrant pour l’amélioration des moyens d’existence en Afrique par des activités scientifiques et des partenariats efficaces.

Contact :
-   Dr Gaudiose Mujawamariya, Représentante AfricaRice à Madagascar ; Tel : O34 14 951 08
-   Mr Randrianasolo Albert, Chercheur et Chef du Centre Régional de Recherche FOFIFA Sud-Ouest, Tuléar ; Tel : 034 14 950 05
-   Dr Raharinivo Viviane, Chercheur -Sélectionneur, FOFIFA ;
Tel : 034 14 950 58